Narek Dourian

From armeniapedia.org
Revision as of 18:23, 31 August 2005 by Raffi (talk | contribs)
(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)
Jump to: navigation, search

PORTRAIT. NAREK DOURIAN, UN ARMENIEN TOMBE DU PARADIS SOVIETIQUE.

Pierre-Yves le Priol

La Croix , France 29 août 2005

Comedien et metteur en scène, Narek Dourian reprend a partir de demain, a Paris, un one-man-show de sa composition, intitule Dieu merci!, qui a fait se tordre de rire le public parisien avant l'ete. Un spectacle inspire de son experience d'Armenien qui deserta le bloc de l'Est, en 1982, pour se refugier en France: d'abord a Marseille (comme pianiste) puis dans la capitale (comme homme de theâtre).

par LE PRIOL Pierre-Yves

Choc des cultures et comique de situation: tout se joue a ce niveau dans la prestation que l'artiste nous propose jusqu'a la fin septembre au theâtre Dejazet (1).

Celui-ci y incarne un jeune Sovietique au prenom aussi usite autrefois de l'autre côte du rideau de fer qu'improbable, aujourd'hui, de ce côte-ci: Mels, comme les initiales de Marx, Engels, Lenine et Staline! Le Caucasien Mels se decide donc a fuir son pays (en fait l'Armenie), promis a "l'avenir radieux" du communisme, pour tenter sa chance dans l'enfer capitaliste et devenir pianiste "russe" en France. Les gags du spectacle et autres repliques pleines de truculence sentent l'experience vecue par l'auteur lui-meme: epreuves que seul l'amour d'une Francaise (en fait, Dourian a epouse une Armenienne de France) permet a son personnage de surmonter...

Narek Dourian est ne en 1959 dans la capitale de l'ex-Republique sovietique d'Armenie. Fils d'un chef d'orchestre et d'un professeur d'art dramatique, c'est un enfant de la balle, forme lui-meme au theâtre et au piano. Chez nous, il a deja mis en scène une comedie musicale (Nazar le Temeraire) et un opera (Anouche) d'inspiration armenienne. Deux fois l'an, il tourne avec une troupe de comediens d'Erevan dans les diasporas d'Europe, des Etats-Unis et du Moyen-Orient. Russophone et connaisseur du repertoire russe, il a egalement travaille sur Tchekhov et Boulgakov.

C'est cette double qualite d'Armenien et d'ancien "homo sovieticus" qui vaut a l'auteur de nous proposer, pour la rentree, ce spectacle assez irresistible sur les tribulations d'un emigre debarque de son "Est oriental".

Ceux qui ont connu les anciens pays du socialisme reel en retrouveront, dans le texte, l'humour caracteristique et les situations parfois kafkaïennes. Une tendre conviction, chère a l'artiste, traverse en fin de compte cette prestation en solo: s'il vaut mieux habiter en France que la-bas, tout Armenien anciennement "sovietise" ne peut cependant se departir d'une pointe de nostalgie en pensant au pays - misereux, enclave, sous la botte - où il a vecu ses 20 ans...

(1) À partir du 30 août, pour 25 representations, au theâtre Dejazet a Paris: 01.48.87.52.55.


This article contains text from a source with a copyright. Please help us by extracting the factual information and eliminating the rest in order to keep the site in accordance to fair use standards, or by obtaining permission for reuse on this site..